http://www.lindependant.fr/aude/capendu/ http://www.lindependant.fr/aude/comigne/


mardi, 13 novembre 2012

11 novembre, première cérémonie aux morts de toutes les guerres, pour que durent toutes les mémoires


Cette année le 11 novembre a eu une connotation toute particulière. En effet cela fait maintenant 94 ans que l’armistice de la « Grande Guerre » a été signé à Retonde. Il n’y a plus de survivant de cette effroyable guerre qui inaugurait l’ère des conflits moderne par une effroyable boucherie qui a causé dix millions de morts et vingt trois millions de blessés. Un conflit qui a embrasé le monde et l’Europe durant quatre longues années. Depuis cette année le 11 novembre qui restera dans la mémoire collective comme la fin d’une guerre fratricide et le retour des « poilus » dans leurs foyers devient la commémoration de toutes les guerres. En effet devant la disparition de tous les poilus, des anciens combattants et résistants de la dernière guerre, il a été décidé d’assurer une continuité de la mémoire pour que la France se souviennent de tous ces morts pour elle et continue à les honorer à travers les temps ;

capendu,11 novembre

Capendu n’a pas échappé à ce changement et c’est par le traditionnel dépôt d’une gerbe portée par deux jeunes sapeurs pompiers capenducien, que le Président des Anciens Combattants Capenduciens, Alain Combette et Jean Jacques Camel le Maire du village ont débuté la cérémonie. A l’issue de la minute de silence et du salut au drapeau le président Combette devait lire la lettre de Kader Arif, Ministre délégué chargé des Anciens Combattants. L’édile capenducien devait lui débuter son discours par la lecture d’un extrait des « Carnets de Guerre » du soldat Louis Barthas, tonnelier à Peyriac Minervois. « 28 500 morts par jours pendant 1050 jours, telle est l’atroce réalité. Si nous nous inclinons et nous nous inclinerons toujours devant les morts de toutes les guerres quelque soit le champ de bataille, nous n’oublierons pas qu’il n’y a pas de guerre juste», devait souligner Jean Jacques Camel. L’élu souhaite vivement que « le souvenir de ce passé difficile ne se perde pas car il en va de l’avenir de l’humanité, c’est le meilleurs hommage que nous pouvons rendre ». A l’issue de la cérémonie, les nombreuses personnes présentent à cette commémoration ont été invitées par la municipalité à venir partager le verre de l’amitié.

Les commentaires sont fermés.