http://www.lindependant.fr/aude/capendu/ http://www.lindependant.fr/aude/comigne/


mercredi, 03 avril 2013

Immense succès pour le repas du maire

Ils étaient plus de 170 à venir participer au traditionnel repas festif que la municipalité offre à ses aînés de plus de soixante cinq ans et à leurs conjoints. Plus nombreux que les années précédentes, le temps grincheux ne les a pas empêché de venir partager un immense moment de convivialité gourmande. Un repas traditionnellement offert au printemps, aux personnes les plus âgées du village et à leurs conjoints.

Arrivés à 11h45, les convives ont pris place autour de jolies tables rondes, par affinité ou tout simplement parce qu'ils avaient partagé un moment de leur vie ensemble, ils ont rapidement entamé des discussions amicales et rieuses en attendant l'arrivée de Jean Jacques Camel, le maire du village, et de ses adjoints ou conseillers, ainsi que de Monique Gressier, adjointe en charge du CCAS.

capendu,mairie,repas du maire,troisième age

« Je suis très heureux de vous accueillir, et c'est avec une grande joie, qu'à chaque fois je constate que vous êtes de plus en plus nombreux à participer à cette journée » devait leur dire l'édile avant de les inviter à manger. Un repas savoureux, lors duquel un cochon de lait confit à souhait a remporté tous les suffrages des dîneurs, sans oublier un dessert plus que gourmand accompagné d'une agréable blanquette de Limoux bien fraîche.

capendu,mairie,repas du maire,troisième age

A noter que le service a été fait tout au long par les membres du Club du Troisième Age capenducien, Jean Lacoma, leur président en tête. Ils se sont dévoués sans compter et comme chaque année, ils restent un précieux renfort pour l'organisation de cette journée par la mairie, d'autant que si tous les membres âgés de plus de 65 ans du club étaient présents, de nombreuses personnes âgées étaient venues les rejoindre avec comme tous les ans, les résidents des Figuères venus nombreux, accompagnés par leur animatrice Lina Dawid, se mêler aux gens du village. Une belle preuve s'il en est de la parfaite intégration de la résidence au sein de la vie capenducienne. Rendez-vous est d'ores et déjà pris pour l'an prochain par les plus anciens gourmands du village.

mardi, 04 septembre 2012

De merveilleuses tapisseries murales franco/africaines ont orné les cimaises du Lavoir

C’est une superbe et magique exposition qui vient d’avoir lieu dans la belle salle du Lavoir à Capendu. Une manifestation organisée par TETRA, association de peintres et sculpteurs de la haute vallée de l’Aude.Andrée Hudelle Prehu, enseignante en retraite depuis peu, a présenté ses superbes tapisseries réalisées entièrement à la main sur un métier à tisser étroit d’inspiration nigérienne et à la façon des femmes de ce pays, qui faute de laine de mouton récupèrent des sacs de riz usagés pour les transformer en fil à tissage. Il est évident que cette façon quasi archaïque de travailler le fil et ensuite de l’assembler donne un résultat sensationnel, beau à regarder, et fait qu’on aimerait avoir une de ces œuvres dans son salon.

capendu,le lavoir,exposition,andrée hudelle prehu

L’artiste ne se contente pas de travailler comme elle l’a si souvent vu quand elle était en poste en Afrique, elle y met son âme et toute sa sensibilité. Quant on lui demande comment elle fait, maintenant qu’elle est revenue en France pour trouver la matière, elle vous dit d’une voix douce « Mais sur marché de Niamey, bien sur, et les couleurs ce sont des nigériennes qui me les crées, à la façon du batik! », comme si cela coulait de source. On l’aura compris tout est fait mains y compris les teintes à base de pigments anglais pour ces fils que va tisser Huguette Hudelle Prehu. C’est en voyant faire les tisseuses marocaines qu’elle a attrapé le virus, cela fait maintenant vingt sept ans qu’elle tisse en essayant diverses techniques découverte au Maroc et issues du Nord et du Sud Sahara, où elle avait été nommée professeur de français. Tanger, Rabat, Safi, trois villes qui dans les années soixante dix ont marqué la naissance de cette passion qui lui est venue en visitant le quartier des teinturiers à Fez.

capendu,le lavoir,exposition,andrée hudelle prehu

Cette tisseuse de génie et totalement hors norme, procède par bandes de tissus qu’elle a travaillées avec les diverses techniques, inventées par elle ou apprises au gré de ses voyage, car la dame n’a pas peur de se déplacer. Actuellement installée à Peyriac Minervois, elle y apportée avec elle une sacrée provision de bandes qui sont retravaillées encore et encore depuis huit ans. « Vous savez, Malcom Forbes, a acheté une de mes tentures pour l’exposer chez lui, là bas aux USA ! » vous dit avec une fierté bien légitime cette autodidacte qui avoue aussi peindre pour le plaisir. « Vous savez, pour moi c’est une forme d’hommage à la récupération et à l’artisanat. Une belle rencontre avec un pays en le voyant avec d’autres yeux aussi ! ».

capendu,le lavoir,exposition,andrée hudelle prehu

L’exposition s’est maintenant achevée, mais si l’envie vous prenait, et j’espère qu’elle le fera, prenez donc contact avec cette artiste atypique que vous pourrez retrouvez chez elle à Peyriac Minervois (Andrée Hudelle Prehu, 11, rue de Bourgogne – 11160 Peyriac Minervois). C’est un réel plaisir que de l’entendre vous parler de son art, toujours en mouvement avec de grand geste de la main, elle vous montre comment elle est arrivé à ce spectaculaire et beau résultat. Ne loupez pas son expo si elle passe près de chez vous.

Si vous souhaitez prendre rendez-vous avec elle il suffit de lui envoyer un mail à son adresse internet : hudelle5@gmail.com.

mercredi, 27 juin 2012

Robert Marcault « Sentinelle de l’histoire », ouvre sa mémoire au souvenir d’Auschwitz-Birkenau


C’est par la diffusion d’un court métrage illustrant en photos le magnifique texte de Nuit et Brouillard de Jean Ferrat et terminé par le poignant Chant des Déportés qu’a débuté le témoignage de la Sentinelle de l’Histoire. « Si je suis là, c’est pour vous mettre en garde : n’écoutez pas les sirènes qui vous invitent à la haine de l’autre, des différences… dites non à l’horreur, autour de vous, à vos parents, à vos amis » martèle d’une voix calme, douce et déterminée Robert Marcault, plus connu au village sous le nom de Robert Marcovici (il en a changé sur proposition du Conseil d’Etat). Un préambule qui donne d’entrée le ton du témoignage horrifiant que vont entendre la cinquantaine de personnes présentes dans la salle, élus, professeurs, principal ou collégiens.

capendu,robert marcault,marcovici,collège de l'alaric

Plus habitué à parler devant près de 600 personnes, l’ancien déporté, est revenu dans son village d’adoption, un village qu’il n’a jamais cessé d’aimer et de chérir, même au plus profond de l’enfer. Il venait pour enfin lui dire l’indescriptible. C’est à Capendu que se sont arrêtés ses souvenirs heureux vécus au château des Lierres avec l’amour de ses parents, son frère Edgard 18 ans, ses sœurs Mireille 13 et Claude 6 ans. Une dénonciation,  et de la « maison Thémines » - où après l’arrivée des allemands en zone libre ils ont dû être relogés – ils seront arrêtés le jour de l’Ascension 1944. et Après un sévère passage à tabac de ses parents, ils sont emmenés en wagons plombés de Carcassonne à Drancy avant de partir pour le plus sinistre des voyages pour le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau . Ils ont fait partie du convoi n° 75 du 30 mai 1944. Il ne reverra plus jamais ses parents et ses deux jeunes sœurs, gazés et envoyés au four crématoire dès leur arrivée.

 

capendu,robert marcault,marcovici,collège de l'alaric

Seule, sa voix douce et mesurée brise la chape de plomb qui s’est abattue sur la salle, plus personne n’ose le regarder en face. Ce qu’ils voient et écoutent dépasse l’entendement ! Ils ont en face d’eux, un être qui a tout supporté : l’ignominie, la souffrance, le froid, la faim, la soif, l’inavouable d’une déshumanisation totale, et qui le temps d’une après-midi est redevenu l’adolescent de 15 ans plein de rêves et de projets qu’on a écrabouillé comme un insecte au fin fond du plus terrible des camps d’extermination. Quand il a enfin été libéré, à 16 ans, il n’avait plus que l’espoir et ses rêves pour se raccrocher à la vie.

capendu,robert marcault,marcovici,collège de l'alaric

Quand on lui demande comment il a pu survivre à tant d’atrocités, il répond d’une voix métallique «  la haine, une haine féroce, l’espoir et le rêve, je voyais toutes les nuits les jours heureux à Capendu, c’est grâce à ça que je suis resté en vie ! ». C’est ce qui lui a permis contre toute attente de résister à l’innommable et plus tard aux terribles « marches de la mort ». En 1945, il faisait partie des 85 survivants sur les 1004 déportés du convoi 75. Seuls 2,5 % des juifs déportés de France étaient en vie à la Libération (2 500 sur 76 000). De son retour à la vie, il ne parlera que très peu.

capendu,robert marcault,marcovici,collège de l'alaric

C’est à Capendu, avec l’aide précieuse du docteur Laffont, qu’il s’est reconstitué, il ne pesait environ 30 kg. Et depuis, pour témoigner encore et encore de sa terrible histoire, pour avertir, souhaitant être comme tous les survivants de l’extermination programmée et industrialisée nazie une « Sentinelle de l’histoire ». Muets et pétrifiés, les adolescents ont eu du mal à accepter ce qu’ils venaient d’entendre, et c’est avec beaucoup de difficultés qu’ils ont posé quelques questions, d’une voix mal assurée, n’osant pas affronter la réalité des choses.

capendu,robert marcault,marcovici,collège de l'alaric

Une date à retenir

Ce vendredi à 14 h, la mairie capenducienne accueillera Robert Marcault pour donner - afin que leur souvenir perdure à Capendu, le nom des deux jeunes sœurs « Mireille et Claude Marcovici » à l’une des salles de la mairie - celle qui leur a servi de classe avant l’innommable.




mardi, 12 juin 2012

Prés de 3400 écoliers audois investissent Capendu lors d’Encontrada 2012

Cent cinquante écoles audoises, prés de 80 bus et de 3500 enfants qui investissent le village, ça ne passe forcément pas inaperçu. Une invasion joyeuse et colorée qui a ravi les capenduciens et s’est emparée de tout le village lors de la douzième « Encontrada occitan de las escòlas d'Aude », le 7 juin dernier.

capendu,encontrada 2012

Comme un vol d’étourneau, les jeunes écoliers, venus de tout le département ont participé à ce rassemblement occitan organisé par Chantal Canal et Yves Seguier, tout deux conseillers pédagogique de l’académie pour l’Aude. La dernière fois pour Chantal Canal qui prend sa retraite, avec l’immense crainte, partagée par tous que ce second poste d’animation ne disparaisse définitivement. « Seul l’inspection d’académie a le pouvoir à l’heure actuelle pour que ce poste de faisant fonction de conseiller pédagogique occitan qui est le mien soit maintenu ! » a précisé la toute jeune retraitée. Une future « retirada » qui n’a pas hésité à afficher sur son dos « mefi conselhièra pedagogica : especia a protegir, serè léu desapereguda ». On peut comprendre cette crainte car organiser une telle manifestation qui prend une ampleur gigantesque d’année en année à deux c’est déjà une très lourde tache, alors que deviendrait cette dernière s’il n’en restait plus qu’un seul ?

capendu,encontrada 2012

Toutes les écoles participantes avaient comme thème cette année « Simon le buou cantaïre » (Simon, le bœuf chantant), chacune d’elles a donc travaillé dessus tout au long de l’année scolaire au cours d’activités en occitan, un travail basé sur le volontariat des classes concernées en liaison avec les deux conseillers de l’académie de l’Aude. Cette opération a d’ailleurs eu lieu sur tout le Languedoc Roussillon, chaque académie départementale étant référente de son organisation territoriale.

capendu,encontrada 2012Tout à commencé dans le parc des Figuères par une farandole endiablée accueillant les écoliers au fur et à mesure de leur arrivée. Ensuite chaque enseignant a emmené ses troupes participer aux diverses activités organisées pour eux sur tout le territoire de la commune, comédie musicale, « Tonton a faim », , Goulamask, contes occitans par Alan Roch et Myriam, sport sur le stade avec l’USEP, théâtre La Loue, et joutes, sans oublier la Fanfareta et sa chèvre magique à la cité et Fai Deli, et encore la liste n’est pas exhaustive. Un vrai parcourt du combattant qui a connu un réel succès.

capendu,encontrada 2012Seul le temps a un instant fait trembler organisateurs et participants, car la bruine s’est invitée dés l’ouverture de la journée, une bruine insidieuse que les rires d’enfants ont tôt chassée plus loin. La pluie a eu le bon goût d’attendre la fin de la journée pour faire une timide réapparition sur le village, entre temps, tout le monde était parti rejoindre familles et maisons.

vendredi, 08 juin 2012

Gambetta/Jean Jaurès fête les voisins dans la joie et l’amitié

Gambetta/Jean Jaurès fête les voisins dans la joie et l’amitiéSuper soirée pour les voisins de Jean Jacques Camel, le maire du village, qui avec eux a organisé la première fête des voisins de son quartier. Et s’il vous plaît pile à la date nationale de la manifestation, le 1er juin dernier. Tout était réuni pour que la soirée fût belle, la journée a été plus qu’estivale, le soleil de la partie et les températures caniculaires se sont adoucies pour faire que cette réunion amicale soit parfaite.

enfantspiquenique.gif

C’est dans la cour de Madame Mazèrm que la bonne trentaine de convives et leurs invités de quartiers voisins se sont retrouvés. Distribution de tee shirt au sigle de la fête, ballons gonflés et tables mises, il ne restait plus qu’à s’installer. Repas tiré du panier, mais avec une particularité bien sympathique chacun est arrivé avec son panier à pic nic plein de victuailles et de boissons, tout a été posé sur les tables dans le plus joyeux des désordres.

fête des voisins quartier Camel (8).jpg

Le mot d’ordre de la soirée « Partage et amitié ». Chacun avait sa petite étiquette à son nom, une agréable manière de savoir à qui l’on parlait. Et après un apéritif lors duquel les dégustations et les commentaires sont allés bon train, chacun s’est « posé » où il avait envie et les plats de mets succulents cuisinés par des cuisiniers et cuisinières avertis ont circulé et ont été mangé avec beaucoup de plaisir.

anie39.gif

C’est fort tard que s’est achevé cette première édition de la fête des voisins et nul doute que l’an prochain on remet ça !

vendredi, 18 mai 2012

Les féminines du FC Alaric à la conquête du titre en championnat

capendu,fc alaric,féminines,expositions
Supporters à vos fanions pour les filles du Football Club de l’Alaric, tous ce soir, 19h, à Caux et Sauzens

Elles sont vraiment les championnes du ballon rond, les féminines du FC Alaric. Ces sportives accomplies qui vont jouer le samedi 26 mai prochain la finale de la Coupe de l’Aude, rencontreront ce soir, samedi 19 mai, à 19h sur le stade de Caux et Sauzens l’équipe de Saint Papoul en finale du championnat de l’Aude. Un week end préparatoire pour nos sportives qui sont décidées à ne pas céder une pousse de terrain à leurs adversaires que ce soit en coupe ou en championnat.

Saint Papoul, elles connaissent bien pour les avoir battues en final de coupe l'année dernière, c'est dire si les vaillantes footballeuses capenduciennes vont avoir affaire à rude partie. Une finale de championnat qui prend des allures de revanche pour Saint Papoul et nul doute que cette équipe vendra chèrement sa peau d'autant qu'elle a le souvenir amer de sa défaite de l'an dernier encore en bouche. Les filles de Greg et Manu sont gonflées à bloc par la soif de vaincre ce soir avant d'aller concrétiser une deuxième victoire samedi prochain en coupe (terrain et équipe à définir).

capendu,fc alaric,féminines,championnat de l'aude

 

capendu,fc alaric,féminines,championnat de l'audeBonne chance aux footballeuses de l'Alaric qui depuis plusieurs années sont au top de leur forme et de leur foot et surtout de leur réussites, résultant d'un travail consciencieux de joueuses qui tout au long de la saison participent sérieusement à leurs entrainements sous la houlette de Greg et Manu Vilain. Allez les filles, ramenez nous la cette coupe, vous la méritez bien. 

jeudi, 17 mai 2012

La chorale de l’Alaric a 20 ans, que le temps passe vite Madame !

un petit clic pour visionner l'album des vingt ans

capendu,chorale de l'alaric,ghost notesCela fait maintenant vingt ans que Jo Moutou fait chanter ses choristes, un anniversaire qu’aucun d’entre eux n’aurait voulu manquer. Aussi anciens, nouveaux et toujours chantants se sont retrouvés pour fêter cet évènement. En tout plus de cent vingt personnes ont participé aux activités de la chorale depuis sa création, une chorale piémontaise avec laquelle une quarantaine de capenduciens ont chanté ou chantent encore de 1992 à ce jour. Multipliant les concerts et les invitations, le chœur se produit souvent sur scène, participation à Rétina France, visite dans les maisons de retraite, invitation de chorales amies ou tout simplement le Festivoix de Capendu et les concerts au village. Une fête magistrale à laquelle a participé le formidable chœur de gospel Ghost Notes, grand frère de l’Alaric. Ce Chœur est né de l'idée de Michèle Camel qui avait entendu celui du collège dirigé par Jo Moutou, professeur de musique de l’établissement. Puisqu’il faisait chanter avec bonheur des enfants, pourquoi ne réussirait il pas le pari difficile de faire chanter aussi des adultes. Un pari que Jo a réussi avec l’appui inconditionnel du principal du collège de l’époque, Francis Cayrol qui a puissamment aidé à cette naissance.

capendu,chorale de l'alaric,ghost notesInvesti à partir de 16h30, le Chai de Capendu, a rapidement retentit de notes de musiques, les répétitions de deux chorales, et les concerts privés qui ont suivis pour le plus grand plaisir d’une salle acquise aux choristes. En préambule à ces derniers, c’est un Jo très émus qui a pris la parole, « il y a ici de nombreuses personnes à qui la chorale doit d’exister et je me dois de les remercier, sans elles je n’y serais pas arrivé tout seul » devait il dire lors de son discours. Fier et heureux le chef de chœur a retracé l’historique de son groupe musical.

capendu,chorale de l'alaric,ghost notesEnsuite place aux chants et à la musique, les choristes de l’Alaric ont chanté pour leurs anciens, tenant particulièrement à leur faire honneur. Un concert chaleureux, dont la musicalité a ravi tout le monde, d’autant que les spectateurs présents étaient en majorités d’anciens du groupe et donc à même d’apprécier sa prestation. Puis ce fut à Ghost Notes de prendre la scène, un chœur impérial, parfait qui a emmené avec lui une salle en délire, totalement conquise par la qualité de cette chorale qui vaut largement celle du Très Grand Groupe Gospel venu il y a quelques années honorer le Festivoix de Capendu. Du gospel à l’état pur, un chef de chœur qui danse avec ses choristes, et un final feu d’artifice qui avec Happy Day à entraîné tout le monde à leur suite, les chanteurs s’étant répandus dans les gradins pour un au revoir magistral, il n’en fallait pas plus pour que la salle s’envole sur une partition.

capendu,chorale de l'alaric,ghost notesLa fête ne faisait que commencer, à l’issue des concerts, un arbre aux 40 écus (ginkgo biloba) a été planté dans la cour du Chai par Jo Moutou. Ensuite chorales et invités se sont retrouvés dans le foyer culturel pour partager un très sympathique buffet froid, lors duquel agapes et chants ont alterné tout au long de la soirée.

capendu,chorale de l'alaric,ghost notesLes chants :

chorale de l'Alaric :

Amazing Grace - Le lion est mort ce soir - La java du diable -  Bella Cio - Choeur des esclaves(Nabucco) - L'Estaca - Ta Katie t'a quitté - Né en 17 à Leidenstadt - Le temps des Cerises - Se Canto - Pas de boogie wogie.

 

capendu,chorale de l'alaric,ghost notes

Ghost Notes :

M'Bolami + Psalm 150 - We Glorify - Amen - Steer me right- Total Praise - Praise the good Lord - Medley - Route 66 - Somewhere over the rainbow - What a wonderfull world - Minnie the Moocher - He reigns - Get Bak Satan - Joshua - Magnifie Him et Happy Dy